"Objectif Corée" 28 novembre 2002 © MINEFI - DREE

Version intégrale téléchargeable sur le site : http://www.dree.org/coree au format .pdf 
   

Actualités :

 - Le Ministre du Commerce Extérieur à Séoul
    yves.dericaud@dree.org 
M. Loos a mesuré le dynamisme de l'économie coréenne...

A l'occasion de sa visite à Séoul (13-14 novembre), M. François LOOS, Ministre délégué au Commerce Extérieur, a pu prendre la mesure du dynamisme de l'économie coréenne, donner "un coup de pouce" aux exportateurs et investisseurs français, de plus en plus nombreux à s'intéresser à ce marché, et examiner les convergences possibles entre positions coréennes et européennes dans le concert commercial multilatéral.

...et des entreprises françaises...

Malgré les incertitudes de la conjoncture internationale et le ralentissement attendu de la consommation domestique, la moyenne des prévisions de croissance pour 2003 se situe autour de 5,5%, soit à peine moins que le chiffre probable de 2002 (6%) : très compétitives, et très adaptées à la demande mondiale, les exportations ("tirées" par la remontée des prix des composants électroniques) poursuivent leur accélération. M. LOOS a pu apprécier aussi le dynamisme des entreprises françaises en Corée, qui investissent et se diversifient : c'est le cas des entreprises industrielles aussi bien que des banques.

...sur un marché parfois rude...

Mais ce marché porteur reste encore parfois difficile d'accès, tout en étant devenu très compétitif. Les contraintes sanitaires, les atteintes aux droits des marques, les aléas des classifications douanières ou encore la bureaucratie ne rendent pas la tâche facile aux entreprises étrangères. Le Ministre a donc parlé "champagne" coréen, cosméceutiques, recyclage des emballages, prix des médicaments, porc et fièvre aphteuse, taxation douanière des compotes et des confitures... Le protectionnisme n'est pas toujours avéré, mais les contraintes, voire les interdictions, entre autres pour motif sanitaire, apparaissent à l'évidence excessives. Le jeu de la concurrence lui-même n'est pas toujours facile à jouer, voire à démêler, dans ce pays. M. LOOS a clairement affiché son soutien aux entreprises françaises en compétition avec des sociétés américaines sur des projets de haute technologie en cours de préparation. D'autres sont à venir.

...et dialogué sur les questions multilatérales avec les autorités coréennes

Ce dialogue bilatéral est lié étroitement et doit être cohérent avec la négociation multilatérale qui se poursuit de façon continue. Un exemple parmi d'autres souligné par le Ministre : le principe des indications géographiques ("appellations d'origine") auquel adhèrent les Français comme les Coréens, et qui devrait interdire à ces derniers d'utiliser l'appellation de "champagne"...

D'autres convergences sont apparues, concernant notamment la diversité culturelle ou la "multifonctionnalité" de l'agriculture (qui, parce qu’elle "produit", aussi, du bien-être, des paysages, de la protection environnementale, et qui, à ce titre, doit être préservée). Ces convergences seront approfondies.


Secteurs :

 - Beaujolais nouveau : une fête qui se "coréanise"
    eric.loubet@dree.org 

La Corée a une fois de plus montré son engouement pour la fête, à l'occasion de l'arrivée en Corée du Beaujolais Nouveau. Le phénomène a revêtu une nouvelle dimension en 2001, et la "success story" se pérennise.

Un volume d'importation plus important, mais accompagné d'une intensification de la concurrence

Les transporteurs aériens regardent de près ce marché

Convaincu du succès du vin primeur, Korean Air a annoncé début novembre la programmation de 4 vols spéciaux pour le transport du vin français. D'après les importateurs interrogés, le niveau de première commande (25 000 caisses pour 2002) serait sensiblement le même que celui de l'an dernier. Toutefois, certains transporteurs aériens affirment que d'autres arrivages sont prévus jusqu'à la fin du mois de novembre et pour le début du mois de décembre.

Une progression du marché qui profitent aux gros opérateurs locaux et français

En revanche, la progression ne devrait pas profiter à tous : les grands groupes d'importation indiquent avoir augmenté leur volume de commandes (jusqu'à 35% pour certains), alors que des opérateurs moyens, craignant une concurrence accrue cette année, ont renoncé à importer du Beaujolais Nouveau.

Du "Beaujolais Nouveau" pour tous les genres

Présence du Beaujolais Nouveau dans tous les circuits de distribution

Le phénomène "Beaujolais Nouveau" se "coréanise" et se démocratise. A côté des soirées Beaujolais organisées par deux sites Internet parmi les 5 plus importants en Corée et par une école sur le vin pour annoncer l'arrivée du primeur, le produit se trouve dans plusieurs chaînes de magasins de proximité et dans la plupart des magasins spécialisés, avec des fourchettes de prix allant de 14 à 30 (Beaujolais-villages Nouveau), en fonction du point de vente.

87 restaurants à Séoul associés pour une opération de promotion Sopexa

Enfin, bon nombre de restaurants coréens ou "fusion" ont proposé des promotions sur le vin primeur. La Sopexa Corée, de son côté, s'est associée à 87 restaurants de Séoul pour proposer un jeu-concours aux consommateurs de Beaujolais Nouveau.

 

  - Les cartes de crédit placées sous stricte surveillance
    hubert.frederic@dree.org  

La Financial Supervisory Service (FSS) a décidé de mettre en place début 2003 des règles de contrôle plus strictes visant les établissements émetteurs de cartes de crédit.

Le ratio minimum d’adéquation des fonds propres (ratio Cooke) passe ainsi de 7% à 8% et s’aligne de fait avec la norme imposée aux banques. Mais la mesure la plus vigoureuse concerne les sociétés de cartes de crédit ayant enregistré des pertes nettes et un taux de prêts litigieux (delinquency ratio) supérieur à 15% : interdiction leur sera faite d’émettre de nouvelles cartes. La FSS a annoncé que la comptabilité des 26 sociétés locales de cartes de crédit fera d’ici janvier l’objet d’un examen approfondi.

Ces mesures interviennent alors que le boom des cartes de crédit prend des allures de dérapage, dans un contexte général où le crédit domestique présente des signes de surchauffe. Le delinquency ratio moyen des 9 premiers établissements de cartes de crédit a crû de 5,8% fin 2001 à 9,2% en septembre 2002. Entre la mi-1999 et la mi-2002, l’encours des cartes de crédit est passé de 12 056 Mds KRW (644 par foyer, 6,2% du crédit aux ménages) à 65 535 Mds KRW (3 362 par foyer, 16,5% du crédit aux ménages), soit une croissance annuelle moyenne de 76% sur cette période.

Plus généralement, la vive croissance de la dette des ménages (+34% en glissement annuel à la mi-2002, pour un encours de 71% du PIB contre 43% du PIB à la mi-1999) incite les autorités à prévenir toute dégradation de la qualité des encours bancaires. Le rapport actifs/dettes des ménages coréens est de 2,2 à la mi-2002, contre 5,5 en France, 4,2 aux Etats-Unis et 3,7 au Japon.

 

- La Corée du Sud, deuxième importateur mondial de GNL, met en service son troisième terminal gazier
  Auteurs de l'article : 
  xavier.fravaldecoatparquet@dree.org  
  amelie.joubert@dree.org  
Le gaz naturel, une source d’énergie montante en Asie…

Selon l’Agence Internationale de l’Energie (AIE), c’est en Asie que les taux de croissance les plus importants pour la consommation de gaz naturel devraient être enregistrés au cours des trente prochaines années, soit 5,4 % en moyenne annuelle sur la période (contre 2,4 % de moyenne annuelle globale).

… et particulièrement en Corée, deuxième importateur mondial

En 2001, la Corée reste le deuxième importateur mondial de gaz naturel,

avec 17,5 % des importations régionales, loin derrière le Japon (74,5 %). La consommation coréenne de Gaz Naturel Liquéfié (GNL) devrait atteindre 17,3 millions de tonnes en 2002, soit 10,9 % d'augmentation en glissement annuel contre une croissance de 3,4 % prévue pour la consommation totale d'énergie.

La croissance de la part du GNL au détriment des autres formes d'énergie devrait s'accentuer avec le renforcement des contraintes environnementales (protocole de Kyoto, signé par la Corée en 2001 mais non encore ratifié) et la meilleure accessibilité du GNL. Le GNL vient au 4ème rang dans le classement des énergies consommées en Corée du Sud (10,3%) derrière le pétrole (50,8%), le charbon (21,2%) et le nucléaire (14,2%).

La Corée cherche désormais à diversifier de plus en plus ses approvisionnements, à travers une nouvelle orientation de ses importations vers le Moyen-Orient, le Qatar et Oman fournissant en 2001 près de 55 % de l’approvisionnement coréen en GNL.

Donghae : le premier gisement coréen de GNL

Depuis 1999 par ailleurs, la Corée dispose d’un gisement local (d’une capacité réduite, de 4 millions de tonnes), "Donghae-1" au sud-est de la péninsule qui, s’il ne réduit pas la dépendance énergétique coréenne (2,5 % des approvisionnements en GNL du pays), représente une opportunité pour les industries locales d’améliorer leur savoir-faire en matière d’exploitation du gaz naturel, pour ensuite mieux l’exporter.

On observe également une implication grandissante des industriels coréens à l’étranger, ce qui devrait leur donner un rôle plus important dans les réseaux de distribution de la zone, par exemple dans le cadre du projet d’exploitation du gisement d’Irkutsk, en Russie ; un consortium d’industriels coréens ayant signé un accord avec la Russie et la Chine en décembre 2000. Les résultats de l’étude de faisabilité ainsi que le tracé du gazoduc (passage ou non par la Corée du Nord) sont attendus pour juin 2003.

La Corée reste donc pour l’instant très dépendante de l’approvisionnement par méthaniers, à la satisfaction des constructeurs navals coréens, qui ont remporté plus de 60 % des nouvelles commandes mondiales de méthaniers en 2001, confortant ainsi leur place de numéro 1 dans ce segment à forte valeur ajoutée.

Autre implication récente dans des projets d’exploitation à l’étranger : l’Iran.

South Pars : une implication importante en Iran

La société coréenne LG Construction (en consortium avec la Oil Iranian Engineering and Construction (OIEC) a signé en septembre 2002 un contrat de 1,6 milliards d’euros avec la National Iranian Oil Company (NIOC), pour la mise en œuvre des phases 9 et 10 du champ gazier off shore de South Pars, en Iran. Les entreprises coréennes de génie civil affirment ainsi en Iran leur rôle prépondérant dans le développement du champ de South Pars (Daelim et Hyundai étant déjà associés au développement lors des phases 1 à 5).

Une extension de ses capacités domestiques, comme en témoigne la mise en service de son troisième terminal gazier

Enfin, la Corée continue à développer son réseau national. Korea Gas Corporation (KOGAS) vient de mettre en service un troisième terminal gazier, situé à Tongyoung près de Busan, opérationnel depuis le 1er octobre 2002. Construit sur une île artificielle (6 ans de travaux de poldérisation), ce troisième terminal devrait offrir une capacité de 1,4 milliards de litres en 2006.

A l’horizon 2010, en prenant en compte également le doublement des capacités du terminal d'Incheon, et l’augmentation des capacités du terminal de Pyeongtaek (+ 0,56 milliard de litres d’ici 2008) la Corée du Sud devrait disposer d'une capacité proche de 5,56 milliards de litres.

 

- Appel d'offres 2003 : Programme de coopération scientifique et technologique franco-coréen S.T.A.R.

L’objectif de ce programme est de faciliter et de développer une coopération scientifique et technologique de haut niveau entre les laboratoires de recherches français et coréens publics et privés. Chaque projet de coopération scientifique est mis en œuvre pour une durée de deux ans. Les projets s’inscriront dans les domaines scientifiques suivants : sciences du vivant et biotechnologies, sciences des matériaux,, technologies de l’information et de la communication et sciences de base (physique et chimie).

Les formulaires de projet peuvent être téléchargés sur le site de l’Ambassade de France en Corée et sur le site du KISTEP. Les dossiers de candidatures, qui devront être communs aux équipes partenaires, devront être déposés pour le 3 février 2003, délai de rigueur.

Pour tout renseignement, veuillez contacter M. Daniel Thiel à l'adresse suivante : ccfscience@france.or.kr

 

Statistiques

PIB 2001

422,2 milliards USD

PIB/habitant 2001

8.918 USD

Chômage

2,6% (octobre 2002)

Inflation

2,8% (octobre 2002)

Won / Dollar

Won / Euro

1.207 (25/11/2002)

1.203 (25/11/2002)

Sources NSO et BOK

Clause de non-responsabilité

La Mission Économique s’efforce de diffuser des informations exactes et à jour, et corrigera, dans la mesure du possible, les erreurs qui lui seront signalées. Toutefois, il ne peut en aucun cas être tenu responsable de l’utilisation et de l’interprétation de l’information contenue dans cette publication qui ne vise pas à délivrer des conseils personnalisés qui supposent l’étude et l’analyse de cas particuliers.


Éditeur :
      Mission Économique de Séoul
Adresse :Kangnam P.O Box 2165 – Séoul, 135-621
              http://www.dree.org/coree 
Directeur de la publication :Yves de Ricaud yves.dericaud@dree.org 
   Date de parution : 27 novembre 2002
    
   Abonnement : en ligne http://www.diffusion.dree.org/ e-mail : izabel.deuff@dree.org 

 

SOMMAIRE . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . Table DREE, Séoul